Robert Rochefort réagit sur 24H Sénat à l’intervention de Nicolas Sarkozy

Un retour « sans surprise » mais qui doit inciter les Centristes à la « prudence »

Le lundi 22 septembre 2014, Robert Rochefort était l’invité de 24H Sénat sur Public Sénat afin d’apporter son analyse sur l’intervention de Nicolas Sarkozy au journal de 20h de France 2 ce 21 septembre.

Il a commenté : « le retour de Nicolas Sarkozy dans le cadre de la candidature à la primaire UMP n’est pas une surprise ». « Il faut rester prudent malgré l’effervescence médiatique: les jeux ne sont pas encore faits, ni pour les primaires ni pour le scrutin présidentiel de 2017 ».

Concernant l’appel de Nicolas Sarkozy à un rassemblement « au centre », Robert Rochefort a précisé que, en tant que centriste, l’on pouvait y être sensible. Mais qu’il était évident que plusieurs problèmes se posaient.

D’abord, on peut suspecter que l’ancien chef de l’État souhaite en réalité davantage créer une nouvelle Union pour un Mouvement Populaire (UMP), projet auquel s’était déjà opposé en 2001 François Bayrou, Président du Modem.

En tant qu’eurodéputé depuis 2009, Robert Rochefort a pris pour exemple la question de la place accordée à l’Europe dans les discours des deux familles. Pour lui, la refondation de la politique en France ne passera que par un engagement européen, or cette idée ne fait pas l’unanimité à l’UMP, alors qu’elle est une évidence au Centre. Robert Rochefort a donc préconisé de laisser le pluralisme opérer plutôt que d’imaginer un rassemblement qui exclurait le discours centriste du débat public.

Deuxième problème : Robert Rochefort a estimé que Nicolas Sarkozy effectuait dans cette déclaration un appel au rassemblement mais qu’il abordait peu le fond. Par ailleurs, au sein du Parti Socialiste, les choses sont loin d’être clarifiées. Ni le gouvernement Valls II ni le vote de confiance -plus technique que politique-, à l’égard de celui-ci n’ont prouvé que les problèmes de divisions aient été définitivement réglés. Bien au contraire, le cœur du PS est, d’après Robert Rochefort, resté dans le courant traditionnel socialiste.

Enfin, il a tenu également à rappeler qu’il existait d’autres candidats à la primaire UMP et qu’il était nécessaire que tous soient entendus.

Par ailleurs,  l’eurodéputé a souhaité clarifier les choses : aucun procès d’intention n’est fait à quiconque. Le MoDem se place avant tout dans une démarche constructive en évaluant les politiques engagées. Nicolas Sarkozy avait été critiqué pour son exercice du pouvoir en tant que Président, et non pour sa personne. La politique de François Hollande est soumis eu même exercice et présente jusqu’à présent un très mauvais bilan à la tête de l’État.

Concernant un possible soutien « naturel » des centristes à Alain Juppé, le député européen a rappelé que le maire de Bordeaux n’incarnait pas à lui seul les idées du centre mais abordait les problèmes de manière plus consensuelle. Selon Robert Rochefort, c’est une personne qui a «  envie de travailler avec des centristes ».

En guise de conclusion, l’eurodéputé a réaffirmé que le Modem était fier de ses valeurs ainsi que de son indépendance et que les centristes ne feraient pas les frais des « appels du pied » des grands partis en vue des Présidentielles de 2017.

 

Comments are closed.

Scroll To Top