Lutte contre la barbarie en Iran : Dénonçons une injustice

Ahmad Reza Djalali, docteur en médecine, maître de conférence à l’institut Karolinska, à Stockholm et professeur invité à l’Université libre de Bruxelles a été arrêté en Iran alors qu’il assistait à une conférence scientifique. Ce dernier y est accusé « d’espionnage pour le compte de gouvernements étrangers ».

Suite à ces accusations, il a été condamné à mort sur base de déclarations obtenues sous la torture. Le système judiciaire iranien a confirmé cette condamnation sans que le prévenu ait pu obtenir la révision de son procès ou fournir la moindre explication.

La situation de M. Djalali demeurant très inquiétante – après 26 mois d’emprisonnement, il a perdu beaucoup de poids et n’a pas pu avoir accès à des soins de santé – Robert Rochefort et ses collègues de l’Alliance des Démocrates et Libéraux Européens ont souhaité demander à la Haute représentante de l’Union européenne les actions qu’elle a mené au nom de l’UE pour remédier à cette situation.

Mme Mogherini a assuré que l’UE suit le dossier depuis l’arrestation de M. Djalali et a pris contact avec les autorités iraniennes. Concernant la condamnation à mort, l’UE s’est adressé au gouvernement iranien pour lui faire part de ses vives préoccupations. La Haute représentante ajoute que le sujet a été abordé dans plusieurs enceintes, notamment dans le cadre du dialogue à haut niveau et de réunions bilatérales et que l’Union continuera d’utiliser les voies de communication existantes pour exprimer son désaccord face à cette situation alarmante.

Cliquez ici afin de consulter le texte intégral de la question, ainsi que de la réponse donnée

Comments are closed.

Scroll To Top