L’utilisation d‘antibiotiques dans les élevages doit être limité

Robert Rochefort a soutenu la résolution relative aux médicaments vétérinaires car il était devenu essentiel de disposer d’un marché unique des médicaments vétérinaires et de régir l’autorisation, la fabrication, la mise sur le marché, la distribution et l’utilisation des médicaments vétérinaires. La mise en place d’un cadre réglementaire spécifique adapté aux caractéristiques du secteur vétérinaire permettra en outre d’améliorer l’accès aux médicaments et leur disponibilité, de réduire les charges administratives, de stimuler l’innovation et la compétitivité du secteur et de lutter contre la résistance aux antibiotiques chez les animaux. Ce dernier point est primordial, les médicaments vétérinaires ne doivent en aucun cas servir à améliorer la performance ou à compenser le non-respect de bonnes pratiques d’élevage. En particulier, l’utilisation métaphylactique (par exemple pour traiter un groupe d’animaux dont l’un présente des signes d’infection) devrait être un dernier recours et n’être possible qu’après diagnostic et prescription des antimicrobiens par un vétérinaire. Par ailleurs, la Commission devrait pouvoir sélectionner les antimicrobiens qui devront être uniquement réservés aux traitements humains. Enfin, il est essentiel que les denrées alimentaires importées respectent les normes de l’UE et que les antibiotiques ne soient pas utilisés pour favoriser la croissance des animaux.

Pour consulter le texte, cliquez ici

Comments are closed.

Scroll To Top