Les militants de la société civile doivent être protégés

Robert Rochefort a soutenu le rapport concernant les organisations de la société civile dans les pays en développement. Il trouve préoccupant que, particulièrement dans les pays en proie à des conflits, le rétrécissement de l’espace qui lui est dévolu se fasse par des moyens complexes liés par exemple à la législation, aux restrictions au niveau du financement, à des contraintes administratives excessives, par la criminalisation et la stigmatisation de représentants de la société civile, la censure ou encore la détention arbitraire. L’Union devrait donc veiller à ce que ses financements soient bien utilisés, notamment pour aider les militants de la société civile menacés. Par ailleurs, la désignation de points de contact pour les droits de l’homme et la société civile dans les délégations de l’Union semble être une avancée positive pour Robert Rochefort et devrait permettre d’améliorer la coopération avec la société civile locale.

Pour consulter la résolution, cliquez ici

Comments are closed.

Scroll To Top