Les « enfants fantômes », un fléau contre lequel nous pouvons agir

On estime à 230 millions les enfants dans le monde non-inscrits dans un registre d’état civil et qui ne disposent donc pas d’acte de naissance reconnaissant leur appartenance à un État. Cette lacune entraine de nombreuses difficultés tout au long de leur vie : ils ne peuvent participer aux activités scolaires et en grandissant ne peuvent pas travailler de manière officielle. Cela fait malheureusement de ces enfants des cibles faciles pour les milices sans scrupules des zones en conflits.

Face à cette situation, Robert Rochefort a co-signé une lettre adressée à la Commission demandant à celle-ci d’envisager un programme d’accompagnement financier ciblé dédié aux problèmes liés à l’état civil et au rattrapage des situations personnelles touchées par l’absence d’acte de naissance. Cela pourrait changer la vie de millions d’enfants dans le monde.

 

Comments are closed.

Scroll To Top