La Roumanie est sur la mauvaise voie

L’État roumain est en train d’emprunter un chemin préoccupant. La nouvelle législation sur le statut des juges et des procureurs, l’organisation judiciaire et le Conseil supérieur de la magistrature pourrait, selon les avis du Groupe d’États contre la corruption du Conseil de l’Europe et de la Commission de Venise, avoir des conséquences sur l’indépendance de la justice, sur son efficacité et sa qualité. Le rôle du service de renseignements roumain et sa possible ingérence dans les activités de la justice roumaine sont des plus inquiétants, laissant entrevoir une violation du principe de la séparation des pouvoirs. La résolution suggère d’ailleurs un renforcement du contrôle sur ces services. L’intervention violente et disproportionnée de la police roumaine suite aux manifestations qui ont eu lieu à Bucarest l’été dernier est à condamner dans un État respectant les valeurs démocratiques. Enfin, la résolution invite la Commission à reprendre son contrôle annuel anti-corruption dans tous les États membres de l’UE et propose un système composé d’indicateurs stricts afin de mesurer le niveau de corruption, véritable fléau en Roumanie. Pour toutes ces raisons, J’ai voté en faveur de cette résolution.

Pour consulter le texte, cliquez ici

Comments are closed.

Scroll To Top